Mémori-Elles


Dans cette série, j'ai voulu photographier les rapports mère-fille.

C'est la complexité de sentiments ambivalents qui constituent ces scènes : tendresse, amour, protection, bienveillance mais aussi conflits, difficultés à communiquer, fusion, transmissions lourdes, projection, fille comme objet narcissique, etc. Ces liens mènent (ou tout du moins devraient mener) à l'émancipation.

On dit souvent de ses parents qu'au début on les adore, qu'ensuite on les déteste, et qu'enfin on les accepte. C'est sans doute plus complexe entre une fille et sa mère.

Je me suis servie de ma propre expérience pour construire cette série ainsi que de l'observation des personnes qui m'entourent. Et c'est grâce à la participation d'Isabelle et Mélissande, deux belles personnes, que j'ai pu mettre en photos mes idées.

 

Le choix du lieu, comme dans toutes mes séries, n'est jamais anodin. Les endroits abandonnées sont, pour moi, une métaphore de notre mémoire (je pourrais même dire une allégorie, tellement ces lieux ont une âme). Les souvenirs se décollent doucement mais sûrement des parois du cerveau, les images perdent petit à petit leurs couleurs, les sons se mélangent comme le bruit des pas sur le verre brisé. Le labyrinthe venteux de la mémoire se met en place.

 

Alors souvenons-nous de ce qui nous constitue en grande partie en tant que femme : les rapports que nous avons eu à notre mère, et ceux que nous transmettons à nos filles, formant ainsi une mémoire collective douce ou douloureuse, souvent les deux à la fois : Mémori-Elles, souviens-toi d'elles.

 

Comme toutes les images qui sont sur mon site, ces photographies ne peuvent être extraites (et/ou utilisées) de ce site sans mon accord, et  tout particulièrement pour cette série où une personne mineure a posé. Le nom respect de la loi expose la personne à de graves poursuites judiciaires.

 

Cliquer sur une photographie pour agrandir.